François-René MARTIN
Département des enseignementsthéoriques/Histoire générale de l’art

Né en 1965, François-René Martin a étudié le droit et la science politique à l’Institut d’études politiques de Strasbourg et l’histoire de l’art et l’archéologie à l’Université Marc-Bloch de Strasbourg. Il a soutenu en 1995 une première thèse de science politique (Université Robert-Schuman), avant de travailler à une seconde thèse en histoire de l’art, sous la direction de Roland Recht, qui traitait de Grünewald et ses critiques (XVIe-XIIe siècles). Il a enseigné aux universités de Strasbourg, La Rochelle, Tours, Lyon, Nanterre. Ancien pensionnaire de l’Institut national d’histoire de l’art, il a été chargé de mission pour la recherche à l’École du Louvre, où il enseigne depuis 2003.

Il a été élu à la chaire d’histoire générale de l’art, à l’ENSBA, en 2008.

Il a co-dirigé le 3e cycle de l’ENSBA entre 2012 et 2015. Il est depuis 2015 directeur de recherche invité au Centre allemand d’histoire de l’art (Deutsches Forum für Kunstgeschichte).

Principales publications : il a publié une centaine d’études et d’essais sur les Primitifs allemands et français et sur l’historiographie. On citera notamment : Grünewald (avec Michel Menu et Sylvie Ramond), Hazan, Paris, 2012 (trad. all. DuMont Verlag, italienne Jaca Books) ; Grünewald et ses critiques, Paris, Beaux-Arts éditions (à paraître). Il a dirigé de nombreux collectifs, parmi lesquels : Histoire de l’histoire de l’art au XIXe siècle (dir. en collab.), INHA, Paris, 2008 ; Johann Georg Wille (1715-1808) et son milieu (dir. en collab., École du Louvre, Paris, 2009) ; Histoire de l’art au XIXe siècle (1848-1914).

Bilans et perspectives (dir. en collab.), École du Louvre, Paris, 2012. Il a récemment réédité et postfacé Les Enfants de Saturne de Margot et Rudolf Wittkower (Paris, Macula, 2016). Il travaille depuis quelques années sur Ingres et Raphaël.