Claude CLOSKY
Département des pratiques artistiques

Claude Closky entre en 1982 à l’Ecole des arts décoratifs qu’il quittera à la fin de la première année pour co-fonder le groupe de street artistes Les Frères Ripoulin. Vers 1988 il se sépare du groupe pour développer un travail indépendant, avec des moyens volontairement pauvres, à partir du dessin et de l’imprimé. Il a été professeur invité de 1996 à 1999 à l’école des Beaux-Arts de Bordeaux, puis à l’école nationale d’art de Cergy, et est chargé de cours de 1997 à 2002, dans le département des arts plastiques à l’Université Paris 8.

Il enseigne aux Beaux-Arts de Paris depuis 2005.

Principales expositions : Son travail a été exposé à l’ACAC, l’AC, l’ARC, l’ARCO, au CACNO, au CAN, au PAN, au CCAC, au CCA, au CCC, au CCCB, au CCCS, au CCG, au SGG, au GAG, au GAP, au CNAP, au CNEAI, au CNAC, au CRAC, au CREDAC, au CESAC, au WAC, au CAC, au CACQ, au CACT, au FACT, au FRAC, au KRAFT, au KIAF, à la FIAC, à LAFIAC, au FMAC, au MACO, au MARCO, au MADRE, au MAC, au MACVAL, au MACBA, au MACM, au MAMM, au MAM, au MIAM, au MNAM, au TFAM, au LAM, au GAM, au GOMA, au MOMA, au MOCA, au MSU, au MU, au MUDAM, au MUDAC.

« À première vue, Claude Closky est un artiste qui fraye avec l’immatérialité. Il est à l’aise avec les supports électroniques, et certains objets qu’il fabrique ne se donnent pas à voir immédiatement, les livres par exemple. Le langage est son modèle pour articuler les matériaux qu’il utilise : images, textes, chiffres, et sons prélevés dans notre environnement, ou fabriqués dans l’atelier.

Son travail n’en est pas moins concerné par sa spécificité matérielle, son degré de visibilité, et la manière dont il occupe l’espace. » (Marie Muracciole, Manège, éditions du Centre Pompidou).

Consultez le site internet http://ww.closky.info (avec 2 w).


EXPOSITION COLLECTIVE

CLAUDE CLOSKY, VALÉRIE SONNIER, NATHALIE TALEC, « Première étoile, dernier flocon », villa du parc, centre d’art contemporain, Parc Montessuit, 12 rue de Genève, Annemasse. 

Jusqu’10 juin 2017.