CM Histoire générale de l’art

L’oeuvre d’art et ses interprètes

Enseignant

François-René MARTIN

Contenu et méthodes

On s’intéressera, cette année encore, au problème de l’interprétation des oeuvres d’art complexes. Pendant l’année 2016-2017, nous nous étions penchés sur des oeuvres ou des problèmes plus généraux d’interprétation allant de l’Antiquité au XVe siècle. L’apparition d’un art qualifié par les historiens de l’art de« classique » en Grèce ; la signification profane des peintures de la Villa des mystères à Pompei ; l’iconoclasme à Byzance ; la statuaire de Souillac ; le rapport entre architecture gothique et pensée scolastique ; l’apparition du portrait individualisé en Flandre vers 1420, etc…

Dans ce nouveau cours qui prolonge celui de l’année passée, il sera encore question d’oeuvres qui ont suscité des débats, des travaux aussi nombreux que contradictoires, révélant la diversité des approches parfois, mais aussi, le plus souvent, leur formidable résistance à l’analyse. La difficulté qui celle de l’interprète tient parfois aux lacunes de la documentation historique ou à l’étrangeté des contextes dans lesquelles elles sont inscrites historiquement et culturellement. Parfois, c’est le« codage » énigmatique des éléments qui est au principe des oeuvres qui impose des méthodes sophistiquées d’interprétation en même temps que le recours à l’érudition.

Il sera donc question d’oeuvres importantes de l’histoire de l’art, correspondant à deux siècles de l’histoire de l’art : les XVe et XVIe siècles.

La Naissance de Vénus de Botticelli ; les fresques du chiostro verde de Paolo Uccello ; la Flagellation du Christ de Piero della Francesca ; La Tempête de Giorgione ; la question des modèles féminins de Raphaël ; l’Amour sacré et l’amour profane de Titien ; les autoportraits de Dürer ; la Mélancolie du même Dürer ; les dessins de Grünewald ; le style viennois de Cranach ; la technique sculpturale de Riemenschneider ; la Chute d’Icare de Breughel ; les retables de Jérôme Bosch.

Il sera question, forcément, des interprètes dans ce cours. Comme pour les grands textes de la littérature, qui ont leurs exégètes, certaines oeuvres agrègent autour d’elles une communauté d’interprètes, historiens de l’art, critiques, ou bien des artistes, lesquels échafaudent des interprétations concurrentes, complémentaires, antagonistes.

Le cours a pour finalité de donner aux étudiants des éléments de méthodologie de l’analyse des oeuvres d’art (icononologie, formalisme, histoire sociale de l’art…).

Année d’études : 1 ; 2 ; 3

Les mercredis de 14h à 16h amphithéâtre des Loges et les jeudis de 14h à 16h amphithéâtre du Mûrier

11-12 octobre

25-26 octobre

8-9 novembre

15-16 novembre

6-7 décembre

13-14 décembre