SR Histoire et théorie de l’art contemporain

Théorie et pratique du dessin de presse

ENSEIGNANT

Didier SEMIN

OBJECTIFS

Mêler recherches historiques et exercice du dessin dans un séminaire de recherche transversal.

CONTENU ET MÉTHODES 

S’il est tenu dans la hiérarchie des arts pour un genre mineur, ce qu’on appelle en France, faute de mieux et en général, le« dessin de presse » (bien qu’il ne soit pas nécessairement lié à l’actualité) est, au sens le plus noble du terme, une discipline. On mésestime peut-être encore le rôle qu’il a joué dans le grand brassage des genres qui a préludé à la naissance de l’art moderne, si accueillant, on le sait, aux arts réputés primitifs, psychopathologiques, décoratifs ou populaires, aux dessins des enfants. Il n’est peut-être pas indifférent par exemple que Marcel Duchamp ait fait ses premières armes, avec ses frères, dans les colonnes du Rire ou du Gaulois, ou au Salon des Artistes humoristes.

Le Nu descendant un escalier, refusé aux Indépendants de Paris en 1912 est, après tout, une peinture« légendée » exactement comme pourrait l’être un dessin de presse – et on devine que la présence à même le tableau du titre incongru contribua à le faire rejeter. Les premiers« Ready-mades » sont eux-mêmes des objets auxquels Duchamp avait ajouté bien plus une légende qu’un titre :« In advance of the Broken Arm » sur une pelle à déneiger en 1916,« Trois ou quatre gouttes de hauteur n’ont rien à faire avec la sauvagerie » sur un peigne en 1917. Il n’est pas déplaisant de penser que le dessin légendé est, peut-être, un art approprié aux temps de crise qu’hélas nous traversons : il mobilise des moyens extrêmement économes – de la gomme et du crayon à la palette graphique, pour les plus dispendieux – mais toutes les ressources de l’esprit pour apprivoiser une réalité parfois brutale. Il associe la figure et l’écrit dans une petite déflagration dont le souvenir demeure longtemps après qu’on y ait assisté, au plus près de cette intelligence du monde qu’emporte la mémoire même du mot dessin.

L’évaluation des étudiants se fera tout au long de l’année en fonction de la participation à des exercices de dessin légendé, ou à des exposés sur des dessinateurs de presse, arrêtés d’une semaine pour l’autre en concertation. Les étudiant.e.s seront vivement invité.e.s à préparer ces exercices avec leurs chefs et cheffes d’atelier.

Les vendredis de 10h à 12h