Histoire de l'école et des bâtiments

Historique

Les bâtiments de l'École nationale supérieure des beaux-arts, répartis sur plus de deux hectares, datent des XVIIe, XVIIIe, XIXe siècles et même pour certaines parties, du XXe siècle.

La construction la plus ancienne est la chapelle et ses bâtiments annexes, élevés au début du XVIIe siècle pour le Couvent des Petits-Augustins, dans lequel fut aménagé par Alexandre Lenoir (1761-1839), pendant la période de la Révolution et de l'Empire, le Musée des monuments français avec les éléments de sculptures françaises les plus remarquables. À la fermeture du musée, en 1816, les lieux sont affectés à l'École des beaux-arts.
L'architecte François Debret (1777-1850) est chargé de la construction de nouveaux locaux. Il édifie d'abord le Bâtiment des Loges, indispensable au fonctionnement des concours, et commence le Palais des études. Son élève et beau-frère Félix Duban (1797-1872) lui succède et construit le Palais des études et le bâtiment des expositions (salle Melpomène et salle Foch) donnant sur le quai Malaquais ; il a aménagé les cours d'entrée du côté de la rue Bonaparte, la chapelle et le cloître (cour du Mûrier) de l'ancien couvent. Duban a réutilisé des éléments architecturaux et décoratifs, parfois disparates, restés en place après la dispersion des collections du Musée des monuments français, donnant à l'ensemble une unité incontestable.
C'est en 1883 que l'École connaîtra sa dernière grande extension avec l'achat de l'hôtel de Chimay et ses annexes, datant des XVIIe et XVIIIe siècles, situés aux 15 et 17 quai Malaquais.
Au milieu du XXe siècle, pour faire face à des besoins nouveaux, trois étages d'ateliers sont construits autour de la salle Melpomène du Palais des Beaux-Arts par l'entreprise Perret Frères. C'est en 1972 que les bâtiments de l'Ecole sont classés en totalité parmi les Monuments Historiques.
Depuis le second semestre de l'année scolaire 2008-2009, cinq ateliers de technicités liés à la pratique de la sculpture et du volume sont installés à Cap Saint-Ouen, dans un hôtel d'entreprises situé au cœur des Puces de Saint-Ouen.
L'installation de ces ateliers a été rendue possible grâce à la volonté de la ville de Saint-Ouen, très engagée dans l'inscription des pratiques artistiques et culturelles au sein de la cité. Au terme d'un partenariat constructif, l'Ecole nationale supérieure des beaux-arts occupe un espace de plus de 800m².

Venir à l'Ecole

Restaurations

  - Les façades du quai Malaquais

La restauration des façades des bâtiments situés quai Malaquais a pu commencer grâce au généreux mécénat privé de Monsieur et Madame Karine et Philippe Journo, et de la Compagnie de Phalsbourg, à titre personnel et au titre de sa société - mécénat complété par le ministère de la culture et de la communication.
Ces travaux concernent des édifices construits entre le XVIIe et le XIXe siècle. Ils ont été conduits en 3 tranches ont été achevés en 2014.

  - La Cour vitrée du Palais des études

La restauration de la Cour vitrée a débuté en janvier 2007 par la consolidation de la verrière suivie de la réfection des parements en pierre ainsi que des ornements picturaux des différentes façades. Onze corps de métiers sont intervenus sous la direction de Benjamin Mouton, architecte en chef des monuments historiques.

Le Ministère de la Culture et de la Communication, la Fiac, la Fondation d'entreprise Hermès, la Maison Lenôtre et les champagnes Nicolas Feuillatte se sont associés à la restauration de la Cour vitrée. Le chantier s'est achevé en mars 2009.