Professeurs

Abraham

Cruzvillegas

Chef d'atelier

Né en 1968 à Mexico, (Mexique). Vit et travaille à Paris.

Ancré dans son époque, à l’heure où les ressources naturelles s’épuisent et où la précarité s’installe ici et là, Abraham Cruzvillegas offre une bouffée d’air frais avec des œuvres qui à première vue mettent en scène un bric-à-brac digne d’une brocante. Né à Mexico, une ville dont les habitants sont familiarisés avec des questions de survie et habitués au recyclage, il réalise des installations à partir de matériaux et objets abandonnés glanés dans les villes qu’il traverse et auxquels il offre une seconde vie… au musée. La plupart de ses œuvres sont des assemblages précaires qui ouvrent la voie à une nouvelle manière de concevoir le monde. Un engagement socio-politique et une analyse économique traversent ses œuvres qui ne se privent pas de dégager une immense charge poétique. L’artiste a commencé sa pratique dans les années 1980, et depuis 2007 il travaille autour de « Autoconstrucción » : une réflexion ou la construction de l’habitat passe aussi par la construction de l’identité, du soi. Cruzvillegas présente des œuvres réalisées à partir de la maison de son enfance sans faire une représentation de celle-ci, que ses parents ont construite petit à petit durant toute son enfance, avec les moyens du bord et l’appui des voisins et de la communauté qui s’est construite simultanément. Survie économique, recyclage, improvisation et équilibre précaire occupent son travail qui a voyagé dans de nombreuses biennales comme Sharjah (2015), Shanghai (2012) ou encore la Documenta de Kassel (2012), mais aussi des musées comme le Turbine Hall de la Tate Modern à Londres en 2015, le Carré d’Art à Nîmes en 2017, Walker Art Center à Minneapolis, Musée Jumex à Mexico…

 

Crédit photo : © Abigail Enzaldo