Jacques Villeglé avec Catherine Francblin

En direct

Jeudi 8 avril

16H00 - 17H00

En direct

Facebook Live Beaux-Arts de Paris

EN DIRECT

De la guerilla des signes

D’abord élève de l’Ecole des Beaux-Arts de Rennes, Jacques Villeglé y fait la connaissance de Raymond Hains. De 1947 à 1949, il étudie l’architecture à Nantes, puis s’installe à Paris.

Collecteur d’objets sur les plages de - Saint-Malo notamment (dont Fils d’acier, 1947, sa première œuvre, aujourd’hui au Centre Pompidou), l’artiste devient dès 1949 collecteur d’affiches lacérées ; il se dénomme alors « affichiste » et proclame la « guérilla des signes ».

 

En 1958, il rédige une mise au point sur les affiches lacérées intitulée « Des Réalités collectives », préfiguration du manifeste du Nouveau réalisme. En 1960, après leur participation commune à la première Biennale de Paris, Villeglé adhère au groupe des Nouveaux réalistes dont il est un des membres fondateurs ; ce mouvement décrète de « nouvelles approches perceptives du réel » et s’ancre, pour Villeglé, dans un art qui se veut non technique et proche de ce que l’on trouve dans la rue. Il arrache des affiches lacérées par le temps et des mains anonymes, entrevoyant la partie qui, en elles, constitue une œuvre d’art naturelle. Il change ainsi leur statut.

Il continue dans cette voie, à partir de 1969, avec les cryptogrammes socio-politiques, graffitis de murs dont il fait un alphabet et des textes.

 

Sa première exposition personnelle est organisée en 1959.

Depuis cette date, l’œuvre de Jacques Villeglé a été présentée dans plus d’une centaine d’expositions personnelles et dans d’innombrables expositions collectives tout autour du monde.

 

Il dialogue avec la critique d’art et commissaire d’expositions Catherine Francblin.

 

 

 

Crédit photo : 
Jacques Villeglé pendant le montage de l’exposition « Alphabet(s) »
Février 2021
© Tadzio ; Courtesy Galerie GP & N Vallois, Paris)